dimanche 9 septembre 2018

Hybride vs reflex !


La pause d’été est terminée, il est temps que je reprenne le rythme des publications !



J’ai choisi un titre volontairement accrocheur histoire de mettre un peu de piment dès le début, mais en réalité, je vais plutôt essayer de faire remonter le score de mon hybride, qui est toujours loin derrière mon reflex dans mon cœur 😉
En effet, depuis plusieurs années que j’ai fait son acquisition, j’ai beaucoup de mal à m’y faire, et dans mon esprit, il reste toujours un appareil de secours pour faire des photos souvenirs quand je n’ai pas envie de m’encombrer de mon reflex. C’est d’ailleurs pour cela que je l’avais initialement acheté, afin de pouvoir le trimbaler un peu partout et ne pas trop rater d’opportunités photographiques.



Pourtant depuis un peu plus d’un an, je m’en sers de plus en plus, même si je trouve qu’il est loin d’égaler mon reflex sur bien des points. Malgré tout, je trouve qu’il a certains avantages quand je m’en sers en reportage.
J’ai commencé à l’utiliser à cette fin pendant ma formation sur le reportage de famille pour plusieurs raisons :
·         Je me suis rendu compte que je manquais de recul en intérieur avec mon reflex couplé à mon 50mm : certes la qualité des images est au rdv mais étant donné que mon reflex est un aps-c, cette focale équivaut à un 70mm à peu près. Et quand il s’agit de photographier des scènes de vie qui incluent plusieurs personnes, ça devient très compliqué… Je ne me sers de mon reflex que quand je souhaite réaliser des portraits individuels et plus travaillés.

·         J’ai pris goût à photographier au grand-angle : mon hybride possède de base un objectif 12-32mm qui est vraiment super pour donner du dynamisme à mes photos de reportage. Evidemment, il n’est pas hyper lumineux (surtout en intérieur) mais comme je ne l’utilise quasi exclusivement qu’à 12mm, ça compense.

·         Il est petit et discret et même si j’ai dû mal à me faire à sa petite taille, ça rend tout de même bien des services !





J’ai donc réalisé plusieurs reportages avec mon hybride cette année : en famille, avec des amis, pour documenter le voyage scolaire d’une semaine de l’école de ma dernière, et pour l’anniversaire de la fille d’une amie. J’ai appris à m’accommoder de ses défauts, notamment la rapide montée du grain à isos élevés, inévitable en intérieur.
Son problème majeur selon moi reste la mise au point que je trouve aléatoire. Il m’est très souvent arrivé de me retrouver avec une mise au point décalée, la plupart du temps en arrière de mon sujet et c’est très franchement irritant ! J’ai tout essayé et en désespoir de cause, j’ai fini par opter pour une mise au point automatique avec détection de sujet, et là ça semble un peu mieux.
Je suis également réfractaire à la visée à l’écran : pour moi c’est beaucoup plus simple de coller l’œil dans un viseur afin d’obtenir un cadrage aux petits oignons ! La visée à l’écran me perturbe, et je cadre souvent de manière bancale du fait que je suis plus ou moins à bout de bras pour viser. J’ai du mal à conserver des lignes bien droites, d’autant plus que je shoote au grand-angle, et il faut constamment que j’y prête attention… Quand je suis dans le feu de l’action et que je dois réagir vite, ce n’est pas toujours simple ! Je conviens cependant que ça peut avoir certains avantages par moment, surtout pour photographier au ras du sol : l’écran orientable me permet de réussir certaines images qui m’auraient forcée à me mettre dans des positions scabreuses avec mon reflex 😊





Il m’arrive aussi de me servir de mon hybride pour faire quelques portraits quand je n’ai que lui sous la main, et finalement il s’en sort plutôt pas mal, même s’il n’a pas le modelé et la douceur de mon reflex. Dans ce cas-là évidemment j’évite le grand-angle !

Pour conclure, je dirais que mon hybride est nettement remonté dans mon estime. J'apprécie sa légèreté et sa discrétion, mais il a tout de même des défauts qui me font hésiter à l'utiliser en reportage avec des clients, notamment la montée du grain très rapide en intérieur. Pour éviter les flous de bougé, je suis obligée de monter très haut dans les isos ce qui devient vite ingérable… Le problème de mise au point aussi me pose question.







Mon dilemme est le suivant : acheter un objectif à focale fixe grand-angle ultra lumineux, tout en sachant que ça ne fera pas des miracles, ou investir dans un reflex plein format couplé à un 24mm, en gardant mon 50mm pour des portraits plus rapprochés…
On ne joue pas du tout dans la même catégorie !

Si vous avez des avis sur la question, n'hésitez pas 😉

jeudi 5 juillet 2018

Syrphe

Juste un petit article aujourd'hui parce que j'avais envie de partager ces photos avec vous.

On m'a offert un bouquet de glaïeuls hier, et si je ne suis pas fan des bouquets (je préfère admirer les fleurs dans la nature), ni de ces fleurs en particulier, c'était tout de même l'occasion de sortir mon objectif macro pour en tirer quelque chose ! 

Je m'installe donc sur la terrasse pour avoir plus de lumière et éviter de trop monter en iso. C'était en début d'après-midi, donc je suis restée à l'ombre pour conserver une lumière douce et homogène. Me voilà partie, je déclenche, je tourne autour de mon sujet, m'éloigne, me rapproche.

Au bout d'un moment, un syrphe s'invite dans la scène !

J'en profite pour le photographier. J'assure d'abord la netteté en ne m'approchant pas trop pour ne pas l'effrayer : j'obtiens cette photo.


Comme il ne me semble pas trop farouche, je m'approche pour un plus gros plan. Une vraie star, il se laisse photographier sans broncher 😉 Il en profite même pour faire un brin de toilette : en réalité, je pense plutôt qu'il récupère du pollen… 


Du coup, je m'approche au plus près de ce que me permet mon objectif pour avoir le plus gros plan possible. La bestiole est toujours affairée et ne s'occupe pas de moi, je prends le temps de composer et trouver la bonne mise au point !


Et voilà ! En tout j'ai pris 6 photos, je trouve que le rendement est plutôt pas mal 😊 Si ça vous intéresse, j'étais à f/6,3 1/200è et iso 400, et j'ai compensé l'expo de +2.
Je vous montrerai les photos des fleurs une autre fois !

A bientôt.

mercredi 30 mai 2018

Autour de la pâquerette...

Je trouve enfin un peu de temps pour écrire un nouvel article ! 
J'ai été pas mal occupée ces derniers temps : j'ai accompagné la classe de ma plus jeune fille en voyage scolaire, au cours duquel j'ai réalisé un reportage photo pour les enfants. L'Editing, le traitement des photos et la réalisation d'un diaporama sur dvd m'ont tenue occupée un certain nombre d'heures. J'ai également eu entre temps, deux expositions à gérer. Et puis aussi d'autres préoccupations d'ordre personnel qui m'ont pris beaucoup d'énergie… 
Tout cela ne m'a guère laissé de temps pour m'adonner à la photo et c'est avec plaisir que j'ai pu effectuer une petite sortie macro dans mon jardin dimanche dernier !


J'ai notamment photographié des petites pâquerettes qui parsèment ma pelouse. Une petite fleur qui ne paie pas de mine mais qui est si mignonne ! Comme vous le savez déjà, si vous me suivez depuis un moment,  dans mon jardin, il n'y a pas de beau gazon à l'anglaise, mais une pelouse rustique agrémentée de toutes sortes de fleurs que je laisse se naturaliser : les pâquerettes donc, mais aussi bugles, ficaires, violettes, véroniques, pissenlit, la liste est longue ! Avec le temps j'ai réussi à convaincre mon cher et tendre d'espacer les tontes tout en gardant une hauteur de coupe plus haute (ce ne fut pas une mince affaire croyez moi !)…

La pâquerette, pour en revenir à notre sujet du jour, n'est pas une fleur que je photographie souvent. Pas que je ne l'aime pas, mais parce que ce n'est pas un sujet si évident à mettre en valeur !


La tige est assez raide, et la fleur plutôt petite, donc il faut ruser pour trouver des angles de vue intéressants. Elle n'est pas non plus très haute ce qui fait que dans l'herbe tondue, on peut se retrouver avec des brins d'herbe coupés dans la zone de netteté, qui ne sont pas du plus bel effet. 
Pour cette raison, j'ai profité d'un moment où l'herbe était plus haute pour jouer du flou et composer de plus jolis cadres de verdure. 
Il va de soi que pour ce sujet, il faut vraiment se mettre allongé sur le sol, au ras des pâquerettes, c'est le cas de le dire, afin d'obtenir de belles lumières et de belles compositions. Comme presque toujours, j'étais en contre-jour pour faire ressortir le sujet.




J'ai choisi un endroit où les pâquerettes étaient assez nombreuses pour inclure plusieurs sujets dans mon cadre. J'ai d'abord privilégié les vues plus larges puis je me suis rapprochée.




En ce qui concerne le post-traitement, pas grand-chose à part contraster un peu : je fais attention aux blancs afin de ne pas perdre trop de détails sur les fleurs tout en conservant une bonne luminosité.

Voilà, j'espère que cette petite série vous plait.

Je vous dis à bientôt !




mercredi 21 février 2018

Réfexions autour de l'eau

Vendredi dernier, c'était le premier jour de soleil depuis bien longtemps : après la grisaille ambiante qui régnait depuis des semaines, j'en avais bien besoin ! J'ai été prise d'un besoin irrépressible d'en profiter, et aussi de partir flâner dans la nature avec mon appareil photo.
Le ciel s'étant un peu voilé dans l'après-midi, j'avais en tête des images plutôt hivernales, avec des teintes douces et peu saturées, que je souhaitais réaliser sur le site d'un étang près de chez moi qui s'y prête bien.

Etang du Gué de Selle

Arrivée sur place, je me suis vite rendu compte que mes plans photographiques allaient tomber à l'eau ! Le soleil était revenu, créant une lumière dure, et le vent était de plus de la partie, engendrant un clapotis assez fort à la surface de l'étang. Adieu mes couleurs douces et ma lumière diffuse...

J'ai donc dû m’adapter et revoir mes attentes photographiques, et je me suis plutôt orientée vers les contre-jours et les jeux de reflets sur l'eau !

J'avais emporté avec moi mon hybride pour les plans plus larges et mon reflex avec mon objectif 50-200mm pour des plans plus rapprochés.
Me voilà donc déambulant près de l'eau à la recherche de petits trésors photographiques... J'ai d'abord joué avec le clapotis et les reflets à la surface de l'eau, mais ça restait trop classique à mon goût.



Puis je me suis enfoncée dans le sous-bois, et c'est alors que j'ai été aspirée par une sorte de vortex, telle Alice au pays des merveilles, et que je me suis retrouvée dans une forêt enchantée.



Aucun lapin pressé n'a guidé mes pas mais j'ai cependant rencontré d'étranges créatures endormies dans les marais.



Je pensais jusqu'à présent qu'on ne pouvait en croiser que dans les romans de Fantasy, où les bois sont peuplés de toute sorte de petits (ou grands !) êtres, souvent dotés de pouvoirs magiques comme les lutins, les fées ou les gnomes...
Après avoir discrètement observé ces créatures, j'ai continué mon chemin pour ne pas les déranger outre mesure, on sait jamais !

C'était comme dans un rêve : toute cette lumière bleutée qui enveloppait le paysage. J'osais à peine respirer pour ne pas briser l'enchantement...





Tout était calme et serein, j'étais bien.

Au bout de deux heures, j'ai dû sans doute me réveiller, la magie s'était dissipée. Je me suis de nouveau retrouvée sur le chemin qui borde l'étang et il m'a fallu regagner ma voiture.
Le temps s'était suspendu pour quelques heures, j'étais dans mon monde, celui qui me permet de m’échapper et de m'apaiser quand j'en ressens le besoin...


J'espère que vous avez apprécié cette petite escapade dans mes rêves.

A bientôt.

dimanche 4 février 2018

Dimanche cocooning au coin du feu


Aujourd'hui c'était dimanche tranquille au coin du feu ! J'ai commencé par lire une revue puis le soleil s'est gentiment invité dans la pièce en l'inondant de sa lumière chaleureuse. Les murs étant jaunes, la pièce devient tout de suite agréable dès qu'un rayon de soleil y pénètre, et comme il n'a pas été très présent ces derniers temps, ça m'a donné envie d'aller chercher mon appareil pour photographier des petites scénettes... 


Mon souhait était de mettre l'accent sur les textures et les matières qui étaient mises en valeur par cette fameuse lumière : j'adore les matières brutes et naturelles comme le lin, le coton, le bois la pierre ! J'ai essayé d'en faire les vedettes de mes images...



J'ai joué tantôt sur les ambiances lumineuses, tantôt sur les ambiances plus sombres pour faire ressortir le côté cocooning de cet après-midi.











Le chat lui aussi était dans l'ambiance 😉


vendredi 1 décembre 2017

Reportage famille : une journée avec Mamie et Papy chez les cousins !

Aujourd'hui je vous présente un travail réalisé dans le cadre de ma formation Portrait ou Paysage sur le reportage du quotidien avec Maryline Krynicki. C'est un projet qui me tient particulièrement à cœur, car le reportage du quotidien est vraiment une prestation que j'avais envie de mettre en place pour la proposer à mes futurs clients.
Je suis depuis déjà un moment le collectif Joyeux Bazar  ,qui réunit des photographes spécialisées dans ce domaine, et dont fait partie notamment Maryline Krynicki : quand j'ai vu que "Portrait ou Paysage" proposait une formation avec elle, j'ai tout de suite sauté sur l'occasion !
Le reportage du quotidien reste une prestation assez peu connue en France : il consiste à documenter la vie d'une famille pendant une demi-journée, ou une journée, en se rendant à son domicile et en n'interférant pas (ou très peu) avec elle. Les photos ne sont pas posées, elles sont prises sur le vif et laissent toute la place à la spontanéité !
Il s'agit de capter les relations entre les différents membres de la famille, les émotions, et tous les petits instants qui rythment le quotidien.
C'est ce que je me suis efforcée de faire durant la journée de mercredi dernier, où mes parents nous ont rendu visite avec mes petites nièces. Je ne les avais pas prévenus que j'allais passer la journée à les photographier, mais tout s'est passé à merveille, et chacun a vaqué à ses occupations sans forcément faire attention à moi ! Je n'étais pas tout à fait dans les conditions réelles de reportage, étant donné que je recevais et qu'il a donc fallu tout de même que je gère le repas, mais dans l'ensemble, j'étais plutôt contente du résultat !
Le but est de raconter une histoire sur la journée dans la mesure du possible, c'est pour cette raison que pour une fois je vais mettre les photos les unes à la suite des autres, sans texte entre chaque...




































Vous remarquerez que j'ai beaucoup photographié ma plus jeune nièce : ce n'est pas évident d'avoir des images de toutes les personnes présentes à quantité égale. C'est un point sur lequel je vais devoir porter mon attention pour les prochains reportages : faire en sorte d'avoir des images variées de tout le monde.

J'espère que ça vous a plu ! Si vous êtes tentés par ce type de prestation, n'hésitez pas à me solliciter 😉